Pratique de la musica ficta au XVIe siècle dans les tablatures de luth - Edition en 2 volumes PDF

Téléchargez la version électronique de Pratique de la musica ficta au XVIe siècle dans les tablatures de luth - Edition en 2 volumes sur openwetlab.it. Formats disponibles : Pratique de la musica ficta au XVIe siècle dans les tablatures de luth - Edition en 2 volumes PDF, Pratique de la musica ficta au XVIe siècle dans les tablatures de luth - Edition en 2 volumes ePUB, Pratique de la musica ficta au XVIe siècle dans les tablatures de luth - Edition en 2 volumes MOBI

INFORMATION
DATE DE PUBLICATION 2018-May-01
AUTEUR Gérard Geay
ISBN 9782752103574
TAILLE DU FICHIER 4,53 MB
NOM DE FICHIER Pratique de la musica ficta au XVIe siècle dans les tablatures de luth - Edition en 2 volumes.pdf
Openwetlab.it Pratique de la musica ficta au XVIe siècle dans les tablatures de luth - Edition en 2 volumes Image

DESCRIPTION

Les tablatures de luth ont l'immense avantage sur les autres sources musicales, qu'elles soient vocales ou instrumentales, de noter non pas les notes de musique, mais les lieux où placer les doigts de la main gauche sur la touche. Par conséquent, les altérations y sont précisément indiquées. Grâce à leur analyse, nous obtenons une sorte de photographie des pratiques des instrumentistes du XVIe siècle. Le répertoire étudié se concentre sur les transcriptions de chansons, de motets et, dans une moindre mesure, de danses de Francesco da Milano, Albert de Rippe, Jean-Paul Paladin, Guillaume Morlaye et Adrian le Roy, sans exclure les compositions originales que sont les fantaisies. L'original a été reproduit à chaque fois que cela était possible. La transcription diplomatique en notation musicale permettra aux lectrices et lecteurs qui ne sont pas luthistes de les décrypter. Avant d'aborder un tel répertoire, il est absolument nécessaire d'exposer quelques principes essentiels sans lesquels il ne serait guère possible de tirer des conclusions utiles sur les pratiques des musiciens du XVIe siècle. Cela fait l'objet des trois premiers chapitres. Les six chapitres suivants abordent la question de l'emploi des tons anciens et de leurs altérations accidentelles dans les tablatures de luth, pratique désignée aujourd'hui - d'une manière quelque peu réductrice puisque certains accidents appartiennent à la musica recta -, par l'expression musica ficta, d'où le titre de cet ouvrage. Enfin, les trois derniers chapitres sont consacrés à des questions particulières : emploi des intervalles augmentés et diminués ; altérations dans la figuration et les tons ambigus. Ce volume a été conçu de manière à ce qu'il soit possible de consulter un chapitre indépendamment des autres en fonction de ses propres recherches d'où la présence de nombreux renvois permettant soit d'effectuer des comparaisons soit de retrouver une notion nécessaire à la compréhension du propos. La table des matières, l'index des termes techniques et celui des noms propres permettent aussi de s'orienter dans l'ouvrage. Les bibliographies donnent aussi bien les références des sources musicales et théoriques que celles des éditions modernes et de la littérature musicologique. Grâce aux pratiques exposées dans le présent volume, les interprètes pourront (ré)introduire les altérations, lacunaires dans les tablatures de clavier ou les danseries, avec le plus haut degré possible de vraisemblance. En effet, si l'interprétation authentique de la musique ancienne demeure une utopie, l'observation rigoureuse des pratiques du temps permet au moins d'étayer nos choix. Cette recherche sera aussi profitable aux chanteurs. Certes, la pratique des altérations est parfois fort différente dans le répertoire instrumental, particulièrement en ce qui concerne la figuration. Cependant, nous y retrouvons également nombre d'altérations attestées non seulement dans les sources vocales, mais aussi dans les traités du XVIe siècle. Une bibliographie des sources de l'original vocal de chaque tablature étudiée a donc été établie.
TÉLÉCHARGER
LIRE EN LIGNE

La technique de l'imprimerie en caractères mobiles apparaît en France, via les pays allemands, dans le dernier tiers du XV e siècle.. Les véritables inventeurs de l'art typographique à l'aide de caractères mobiles (ou ars scribendi artificialiter), sont, croit-on actuellement, les trois allemands : Johannes Gutenberg, Johann Fust et Peter Schoeffer.

La technique de l'imprimerie en caractères mobiles apparaît en France, via les pays allemands, dans le dernier tiers du XV e siècle.. Les véritables inventeurs de l'art typographique à l'aide de caractères mobiles (ou ars scribendi artificialiter), sont, croit-on actuellement, les trois allemands : Johannes Gutenberg, Johann Fust et Peter Schoeffer.

LIVRES CONNEXES

Le trésor des Heures.pdf

Partagez... tous vos secrets de chocolat - Des recettes à détacher.pdf

La Petite fleur d'Hiroshima.pdf

La Cuisine de guerre.pdf

Paroles d'espoir.pdf

Mathématiques, Tle ES, Déclic - Nouveau programme 2012.pdf

Histoire de renaissances. Edition bilingue français-hindi.pdf

Beginning Arduino.pdf

A la recherche d'Europe.pdf

WG Sebald - Récit, histoire et biographie dans Die Ausgewanderten et Austerlitz.pdf

LINUX MANDRAKE 6.1. Avec deux CD-Roms.pdf

Theories and Models of Urbanization - Geography, Economics and Computing Sciences.pdf

L'arbre à souhaits - Présence & Promesse de l'Inde.pdf

L'arrêté des comptes - Tome 1, Les contrôles de la balance.pdf